Passé - Présent - Futur

Histoire de Be'er-Sheva

Histoire de Be'er-Sheva
Une photo aérienne de Be'er-Sheva en 1948 et 2020 par Ruvik Danilovich

La ville de Be'er-Sheva est la plus grande ville du sud d'Israël et est considérée comme étant « la Capitale du Néguev ».

Depuis l'indépendance de l'État d'Israël en 1948, la ville a connu une formidable expansion. Elle se situe désormais en tant que métropole incontournable du sud de l'État, dont l'urbanisation s'est fortement accélérée ces dernières années.

Pourtant, Be'er-Sheva n'était il n'y a pas si longtemps qu'une petite ville méconnue au milieu du désert, entourée de sable et de dunes. Revenons ensemble sur l'histoire de cette ville peu ordinaire et sur son développement, qui, au fil des années, a permis de réaliser le rêve de David Ben-Gourion en 1955, de faire un jour, fleurir le Néguev.

בנגב ייבחן העם בישראל ומדינתו - כי רק במאמץ מלוכד של עם מתנדב ומדינה מתכננת ומבצעת, נוכל למשימה הגדולה של הפרחת השממה וישובה. מאמץ זה יקבע גורלה של מדינת ישראל ומעמדו של עמנו בתולדות המין האנושי. 
— דוד בן גוריון, שדה בוקר, 1955

C'est dans le Néguev que le peuple d'Israël et sa terre seront mis à l'épreuve – car ce n'est qu'en s'unissant et en collaborant en harmonie que nous pourrons accomplir cette immense tâche de fleurir le désert et d'y habiter. Cet effort déterminera le sort de l'État d'Israël et le statut de notre peuple dans l'histoire de la race humaine.
— David Ben Gourion, Sde Boker, 1955

Étymologie

Il existe plusieurs étymologies du nom de la ville Be'er-Sheva. Be'er (בְּאֵר) en hébreu signifie « puits », tandis que Sheva (שֶׁבַע) peut vouloir signifier soit « serment », soit le chiffre sept. Deux traductions du nom de la ville sont donc possibles : Le puits du serment, ou alors le puits des sept. Ces deux définitions prennent leurs sources dans la Torah et sont toutes les deux envisageables.

En outre, le nom de la ville de Be'er-Sheva peut être écrit de différentes manières, selon la langue (anglais ou français), ou encore selon les prononciations et accents de chacun. On peut ainsi retrouver :

  • Be'er-Sheva (officiel)
  • Beer-Sheva
  • Beer Sheva
  • Beer Sheba
  • Beersheba
  • Bersabée

Dans la Torah

C'est dans la Torah qu'est mentionné pour la première fois le nom de la ville de Be'er-Sheva. En effet, le patriarche Abraham avait creusé un puit qui, plus tard, avait été réquisitionné par le roi Abimelech. Abraham, afin de prouver que le puit lui appartenait et afin de le récupérer, avait alors mis de côté sept agneaux pour le roi Abimelech, et ce, afin de lui prouver sa bonne foi. Abimelech concéda alors que le puit appartenait à Abraham et c'est ainsi que le nom « Puits du serment » ou « Puits des sept » fut cité la première fois dans la Genèse (premier livre de la Torah).

Be'er-Sheva est également mentionné dans plusieurs passages plus loin dans la Torah : Isaac bâtit un autel à Be'er-Sheva, Jacob eut son rêve à propos de l'escalier conduisant au Gan Eden après avoir quitté Be'er-Sheva, et ainsi de suite. Beaucoup plus tard, Be'er-Sheva fut connue en tant que cité la plus au Sud du territoire des israélites, d'où l'expression « de Dan jusqu'à Be'er-Sheva », citée neuf fois dans la Torah.

Be'er-Sheva aux différentes périodes de l'histoire 

La ville de Be'er-Sheva a été détruite et reconstruite de nombreuses fois au cours des siècles. Longtemps considérée de moindre importance, la ville commence réellement à se développer avec l'indépendance de l'État d'Israël en 1948. Elle commence alors à être aménagée et se modernise de manière considérable dans les 72 années suivantes, jusqu'à devenir aujourd'hui l'une des plus grandes métropoles du pays.

Préhistoire

D'après les découvertes du site archéologique de Tel Sheva, les premiers signes de présence humaine datent de la période de l'âge de bronze, soit 4000 ans av. J.-C. C'est en effet à Tel Sheva, à quelques kilomètres à l'Est de la ville actuelle, que se situent les vestiges de ce qui fut apparemment la ville citée dans la Torah, daté de la période de l'Âge de Fer (1000 ans av. J.-C.) et correspondant à la période des premières mentions de Be'er Sheva dans la Torah (voir paragraphe ci-dessus). La région fut apparemment choisie à cause de l'abondance d'eau souterraine, comme en dénote la présence des nombreux puits découverts sur le site. Il est pensé que cette contrée fut la première colonie de la région, notamment grâce au système d'irrigation élaboré retrouvé, et, en particulier, une gigantesque citerne creusée dans la pierre sous la ville.

Vestiges mis au jour à Tel Sheva à Be'er-Sheva
Vestiges mis au jour à Tel Sheva

Période Perse

La ville de Be'er-Sheva fut une nouvelle fois reconstruite pendant la période Perse, aux alentours de 400 ans av. J.-C, ce qui fut découvert notamment grâce à des découvertes archéologiques de poteries anciennes.

Période hellénistique

La ville de Be'er-Sheva n'est pratiquement pas mentionnée dans les récits datant de la période hasmonéenne.

Période Romaine et Byzantine

La cité reprit de l'ampleur lors de la période Romaine et servit de première ligne de défence contre les attaques des Nabatéens. La ville devint le centre du territoire de la province de Judée aux alentours des années 268. 

Les derniers habitants de la cité furent les Byzantins, qui abandonnèrent la ville durant la conquête musulmane du Levant. Be'er-Sheva fut alors détruite et abandonnée jusqu'à la fin du 19ème siècle.

Période Ottomane

La ville d'aujourd'hui fut construite dans le but de servir de centre administratif pour l'empire Ottoman. Elle reçut le nom de Bir-al-Sabi (traduction arabe de Be'er-Sheva) au début du 20ème siècle et fut considérée comme ville musulmane jusqu'au début de la Première Guerre Mondiale, avec un millier d'habitants environ. Un plan de ville hippodamien (quadrillé, en échiquier) fut développé et appliqué à la ville par quatre architectes, dont les motifs peuvent toujours être observés aujourd'hui dans la vieille ville de Be'er-Sheva. La plupart des habitants à l'époque étaient des arabes venant de Hébron et de la région de Gaza, même si quelques juifs commencèrent à s'installer dans la ville à cette époque. De nombreux bédouins abandonnèrent également leur vie nomade et construisirent des maisons à Be'er-Sheva.

Première Guerre Mondiale et mandat Britannique

Les Ottomans construisirent une station de train à Be'er-Sheva pendant la Première Guerre Mondiale, dont l'inauguration fut célébrée le 30 octobre 1915, aujourd'hui connue sous le nom de Station de Train Turque de Be'er-Sheva (מתחם הקטר en Hébreu). La ligne de train reliait Damas et Be'er-Sheva et fut active jusqu'en 1917, lorsque les forces britanniques vainquirent les Ottomans vers la fin de la guerre.

Station de Train Turque de Be'er-Sheva bâtie en 1915 (מתחם הקטר en Hébreu)
Station de Train Turque de Be'er-Sheva bâtie en 1915 (מתחם הקטר)

Be'er-Sheva joua un rôle important lors de la campagne du Sinaï et de la Palestine. La bataille de Be'er-Sheva fit partie d'une large offensive Britannique destinée à briser les défenses turques entre Gaza et Be'er-Sheva. Cette bataille fut gagnée le 31 octobre 1917 par les troupes du Général Allenby. Environ 500 soldats britanniques, australiens et néo-zélandais, munis uniquement de leurs chevaux et de baïonnettes chargèrent les tranchées turques et capturèrent les fameux puits de Be'er-Sheva.

Les tombes des soldats tombés lors de cette attaque se trouvent aux abords de la vieille ville de Be'er-Sheva, dans le cimetière militaire. La ville contient également un parc mémorial dédiés à ces soldats.

Australian Light Horse,  Australian Soldier Park à Be'er-Sheva
Australian Light Horse, Australian Soldier Park à Be'er-Sheva par Jamie Andrei

Durant le Mandat Britannique sur la Palestine, Be'er-Sheva fut considérée comme un centre administratif important. Une ligne de train fut ouverte au public en mai 1918 entre Be'er-Sheva et Rafah (Gaza). En 1928, au début des tensions entre les arabes et les juifs par rapport au contrôle sur la Palestine et à cause d'émeutes à grande échelle tuant 133 juifs et en blessant 339, de nombreux juifs abandonnèrent Be'er-Sheva. Après une attaque sur un bus en 1936, qui conduisit à la révolte arabe en Palestine entre 1936 et 1939, pratiquement toute la population juive quitta Be'er-Sheva. En 1922, la ville de Be'er-Sheva comptait 98 juifs sur une population de 2 300 habitants. En 1931, la ville comptait 11 juifs sur une population de 3 000 habitants.

Depuis la création de l'État d'Israël

En 1947, le Comité spécial des Nations Unies sur la Palestine proposa d'inclure Be'er-Sheva dans l'État juif. Cependant cette proposition fut révisée et Be'er-Sheva fut incluse dans le plan d'un état arabe, étant donné que la ville était alors pratiquement exclusivement peuplée par une population arabe. De plus, des forces égyptiennes étaient postées à Be'er-Sheva depuis mai 1948.

Ce fut Yigal Allon, Commandant du Palmach et homme politique de l'État d'Israël qui proposa de conquérir Be'er-Sheva, proposition qui fut acceptée par le Premier Ministre David Ben-Gourion. Aussitôt dit, aussitôt fait et c'est ainsi qu'une offensive en masse fut conduite le 16 octobre 1948, pendant l'Opération Yoav. En moins de 6 heures, la ville de Be'er-Sheva revint aux mains des troupes israéliennes. En décembre 1948, plus de 30 000 arabes furent expulsés de la ville.

Suivant la fin de la Guerre d'Indépendance de l'État d'Israël, les Accords d'armistice israélo-arabes de 1949 octroyèrent officiellement la ville de Be'er-Sheva à Israël.

La ville fut transformée en ville israélienne avec une minorité arabe peu développée. En quelques mois, tous les dommages des batailles furent effacés et réparés. Une vague d'immigration commençait alors en Israël et des milliers d'immigrants arrivèrent à Be'er-Sheva. La ville grandit rapidement au-delà de ses frontières, aujourd'hui connue sous le nom de « Vieille Ville de Be'er-Sheva ». De nouveaux quartiers furent développés et la vieille ville devint un centre actif, avec des magasins, des restaurants et des bureaux gouvernementaux. Une zone industrielle et l'un des plus grands cinémas de l'époque furent construits dans la ville.

En 1956, 22 000 habitants habitaient à Be'er-Sheva.

L'hôpital Soroka ouvrit ses portes en 1960.

En 1968, la ville comptait 80 000 habitants. L'Université du Néguev, renommée plus tard en tant qu'Université Ben-Gourion du Néguev, ouvrit ses portes en 1969.

En 1983, la ville comptait plus de 110 000 habitants.

Photographies de Be'er-Sheva